Tout savoir sur la biodynamie et le vin : une approche naturelle de la viticulture

La biodynamie est une méthode de viticulture qui prend en compte les cycles naturels, tels que les phases de la lune et les rythmes du sol pour cultiver la vigne et produire du vin. Cette approche holistique, basée sur les principes fondamentaux de l’anthroposophie développée par Rudolf Steiner au début du XXe siècle, favorise des pratiques agricoles durables et respectueuses de l’environnement. Découvrez dans cet article de fond tout ce qu’il faut savoir sur la biodynamie et le vin.

Le principe de la biodynamie

La biodynamie

La biodynamie s’appuie sur l’idée que chaque parcelle ou champ cultivé constitue un être vivant unique, avec ses propres besoins et exigences. Pour prendre soin de ces êtres vivants, les agriculteurs doivent interagir avec eux d’une manière qui tienne compte de leurs besoins, de leur santé et de leurs interactions avec d’autres organismes vivants dans leur environnement. En d’autres termes, la biodynamie repose sur l’harmonie entre la terre, les plantes, les animaux et l’homme.

Les préparations et les traitements en agriculture biodynamique

Les préparations biodynamiques

Les agriculteurs qui pratiquent la biodynamie utilisent diverses préparations pour stimuler la vie du sol, améliorer la résistance aux maladies et parasites, et encourager la croissance des plantes. Ces préparations sont fabriquées à partir de matières végétales et animales qui sont soigneusement choisies et traitées selon des méthodes spécifiques, avant d’être appliquées au sol ou aux plantes.

Les principales préparations biodynamiques sont les suivantes :

  • Le compost : il est composé de déchets végétaux et animaux, ainsi que de différentes sortes de minéraux et de micro-organismes utiles pour la fertilisation du sol et la croissance des plantes. Le compost est généralement recouvert par une fine couche de terre et doit être retourné régulièrement pour favoriser son aération et sa décomposition.
  • Le purin et l’infusion de plantes : ces préparations aqueuses sont réalisées avec différentes plantes médicinales telles que la valériane, la camomille et l’églantine, qui agissent comme fortifiants et protecteurs pour les plantes. Elles peuvent être pulvérisées sur les feuilles ou mélangées au sol.
  • La silice : ce traitement consiste à appliquer sur les feuilles un mélange d’eau et de quartz broyé très fin, qui permet de renforcer les tissus végétaux et de limiter les risques d’infections fongiques.
A lire aussi :  Vergers Boiron

Les traitements biodynamiques

En agriculture biodynamique, les traitements contre les parasites et maladies sont également élaborés à partir de substances naturelles, évitant ainsi l’utilisation de produits chimiques nocifs pour la biodiversité et l’environnement. Parmi les traitements biodynamiques les plus courants, on peut citer :

  • Le purin d’ortie, qui est utilisé pour stimuler la croissance des plantes et renforcer leur résistance aux maladies.
  • La bouillie bordelaise, un mélange de sulfate de cuivre et de chaux éteinte, employée pour prévenir les infections fongiques dans les vignes, notamment le mildiou et l’oïdium.
  • Le soufre, qui joue un rôle important dans la lutte contre les acariens et certaines maladies fongiques.

La biodynamie appliquée à la viticulture

Comme dans d’autres secteurs agricoles, les principes de la biodynamie sont adaptés à la culture de la vigne pour optimiser la qualité du raisin et du vin produit. Les producteurs de vin biodynamique ont également recours aux calendriers lunaires pour planifier leurs travaux dans les vignes et lors de la vinification.

L’entretien du sol en viticulture biodynamique

En viticulture biodynamique, l’entretien du sol est essentiel pour assurer une bonne circulation de l’eau et favoriser la vie microbienne. Parmi les pratiques courantes, on retrouve notamment :

  • Le labourage : cette technique permet d’aérer le sol, de faciliter la pénétration des racines et de limiter la concurrence des mauvaises herbes avec la vigne.
  • L’enherbement : il s’agit de laisser pousser certaines plantes au milieu des rangs de vignes pour favoriser la biodiversité et stimuler l’activité biologique du sol.
  • Le compostage : comme en agriculture, il est important d’équilibrer les apports en matières organiques pour maintenir un sol riche et fertile. En viticulture biodynamique, on utilise généralement du fumier de vache et du compost d’origine végétale pour fertiliser le sol.
A lire aussi :  Les bouteilles de vins les plus chères de 2020

La taille et les soins aux plants de vigne en biodynamie

La taille des vignes joue un rôle crucial dans la qualité des raisins récoltés, car elle permet de contrôler la vigueur de la vigne et d’équilibrer sa production. La taille doit être pratiquée avec précaution, selon les phases lunaires, pour éviter tout stress inutile pour la plante. Par ailleurs, certaines pratiques spécifiques sont mises en œuvre pour assurer la santé des ceps de vigne :

  • La sélection des porte-greffes résistants aux maladies et adaptés au terroir.
  • Les traitements naturels déjà mentionnés, comme le purin d’ortie et la bouillie bordelaise, qui limitent les contaminations par des agents pathogènes.
  • La surveillance régulière des vignobles pour détecter rapidement toute anomalie ou signe de faiblesse, afin d’intervenir rapidement et efficacement.

La vinification en biodynamie : des vins plus authentiques

Les vins produits en biodynamie sont souvent perçus comme des vins de terroir, car ils expriment davantage les spécificités du sol et du climat dans lequel les raisins ont été cultivés. Les vinifications en biodynamie cherchent à limiter l’intervention humaine et respecter ainsi la qualité intrinsèque du raisin.

La conduite des fermentations alcoolique et malolactique

Pendant la fermentation alcoolique, qui transforme les sucres du raisin en alcool, les vignerons biodynamiques favorisent l’utilisation de levures indigènes présentes sur la peau des raisins et dans l’environnement au lieu de recourir à des levures sélectionnées en laboratoire. Ils interviennent peu sur les températures de fermentation pour préserver au mieux les arômes naturels du vin. De même, pour la fermentation malolactique, qui permet d’assouplir les vins rouges, les vignerons peuvent choisir de laisser cette étape se dérouler spontanément avec les bactéries indigènes ou d’utiliser des ferments lactiques naturels.

A lire aussi :  Comment choisir un bon vin ?

L’élevage et la mise en bouteille des vins biodynamiques

Lors de l’élevage, les vignerons biodynamiques veillent à ce que le vin ne soit pas trop manipulé ni soumis à des transferts trop fréquents pour éviter toute altération. Des contenants en matériaux naturels tels que le bois, amphore, béton ou grès sont privilégiés pour leur apport en micro-oxygénation et leur respect des arômes du vin. Certains vignerons suivent également les cycles lunaires pour définir la période optimale de mise en bouteille.

En définitive, la biodynamie offre une approche naturelle et durable de la viticulture, en s’appuyant sur le respect des cycles naturels et l’harmonie entre les êtres vivants. Les vins issus de cette méthode traduisent mieux l’expression du terroir et possèdent ainsi une identité propre qui séduit de plus en plus d’amateurs et de connaisseurs.

Back to Top