Vigne : le terroir, composant essentiel du vin

Le vin symbolise aujourd’hui l’art de vivre à la française. Il contribue au rayonnement culturel et économique du pays, tout en étant considéré comme un produit de partage. Mais un bon vin ne serait rien sans sa vigne et, plus particulièrement, son terroir. On vous explique pourquoi dans la suite de cet article.

Le terroir, qu’est-ce que c’est ?

Le terroir s’apparente à une étendue de terrain. Néanmoins, il ne peut se cantonner à cela. Pour l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin (OIV), il se définit comme un concept se référant à l’espace sur lequel est développé un savoir collectif. D’autres caractéristiques et facteurs naturels sont indissociables de cette notion, à l’exemple de la pente, des cépages ou encore du sol et du lieu géographique. Assemblés, ils caractérisent la typicité d’un vin. Ainsi, un domaine viticole à Châteauneuf-du-Pape n’aura pas les mêmes spécificités qu’un autre, situé en Bourgogne ou dans le Médoc. Concrètement, un vin est associé à une région et tout ce qui la constitue. Le terroir, quant à lui, représente l’interaction entre la nature, les pratiques du vigneron, la vigne et le vinificateur. En parallèle, le cépage a aussi un rôle important.

A lire aussi :  Comment servir le vin ?

Le cépage, pour un vin de qualité

Le cépage constitue la variété de la vigne. Parmi les multiples cépages existants, une vingtaine sont des références à l’international et représentent 80 % de la production mondiale. La plupart étant originaires de France. En fonction de la région où les cépages sont utilisés, il est possible d’obtenir des vins très variés. Pourtant, ils ne s’acclimateront pas tous de la même manière et il est important de prendre en compte la typologie du sol, la façon dont il est travaillé, ainsi que le climat avant d’opter pour un cépage plutôt qu’un autre. Certains seront plus adaptés à des sols arides, tandis que d’autres préféreront les sols calcaires. Le terroir se définit donc aussi par des cépages adaptés. En France, on trouve quatre principaux types de sols : les argilo-calcaires, les alluvionnaires, les granitiques et les calcaires.

A lire aussi :  Covid-19 : l'achat de vin en ligne en forte augmentation

Les climats, éléments essentiels du terroir

Les climats font également partie du terroir et peuvent être un facteur essentiel de qualité pour un vin. Si les conditions climatiques sont modérées en France, elles demeurent très différentes d’une région à l’autre. C’est pour cette raison que les vins proposés au sein de l’Hexagone sont si variés. On y trouve actuellement trois grandes zones d’influences climatiques. Les vignobles sous influence continentale tout d’abord. La zone couvre le quart nord-est de la France, dont la météo est contrastée. Les hivers sont secs et froids, tandis que les étés sont ensoleillés.  On y retrouve des vins d’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) tels que le Bourgogne, les Côtes du Jura ou l’Alsace. Ensuite, les vignobles sous influence atlantique. Ils concernent les régions du sud-ouest et de l’ouest. Muscadet, Bergerac au Saumur peuvent y être produits, l’ensoleillement étant modéré et les pluies régulières. Enfin, les vignobles sous influence méditerranéenne. Ils comprennent notamment les Côtes du Rhône ou du Roussillon, les Provence et l’indication géographique protégée du Pays d’Oc cépage Chardonnay.

A lire aussi :  La tentation du bar à vin
Back to Top